Des livres et nous

Un début d’année en demi-teinte dans un secteur en crise de surproduction

Le marché du livre termine l’année 2014 en baisse (-3,1% en volume avec 247 millions d’exemplaires vendus et -2,3% en valeur 2,7 milliards d’euros selon l’enquête CNL-Ipsos de mars 2015). La crise économique est passée par là, la moitié des éditeurs qui existaient avant 1997 ont disparu, les cinq grands groupes éditoriaux affirment leur monopole sur 80% de la production en s’enjoignant des structures de distributions dédiées, et les dix premiers auteurs francophones trustent un quart des ventes de la fiction contemporaine française.

Le livre numérique, un prolongement du livre papier

Au milieu de ce marasme, le livre numérique commence à tirer son épingle du jeu timidement : bien qu’il ne représente que 1,6% des ventes de détail de livres, il concentre de 5 à 6% du chiffre d’affaire des éditeurs, grâce à un coût de production très faible et un coût de distribution pratiquement nul. Le maintien du prix unique du livre sur ses déclinaisons numériques explique sans doute la timidité des acheteurs qui sont encore très attachés au fait de posséder physiquement le livre qu’ils ont lu (73% des lecteurs de l’enquête expliquent ainsi que c’est la première cause de leur déshérence des bibliothèques publiques). 20% des adeptes de la lecture numérique se procurent ainsi leurs ouvrages de manière illégale, et seuls 6% se disent intéressés par une offre d’abonnement mensuel à un catalogue de livres.

Des pratiques numériques qui s’ancrent dans des comportements dès l’enfance

Cependant, c’est avec les nouvelles générations que les pratiques évoluent. Les jeunes enfants sont exposés de plus en plus tôt au contact des écrans tactiles, même s’ils sont souvent accompagnés dans leurs découvertes par leurs parents, l’enquête Souris Grise sur les usages des enfants avec les tablettes est éloquente : 8,8% des moins de 3 ans sont déjà équipés de leurs propres tablettes (souvent les tablettes de première génération que leurs parents leur cèdent après s’être équipés des versions les plus récentes) et pour les enfants entre 8 et 12 ans, ils sont 41% ! Cette apparition d’un nouvel écran s’accompagne de nouvelles pratiques : 87% l’utilisent pour jouer et pratiquer des activités d’éveil et d’éducation (69%), la lecture n’arrivant que dans 16% des cas – mais peut-être faut-il tenir compte du fait que tous n’ont pas encore appris à lire ! Seuls 13% des familles se servent des tablettes comme support pour la lecture du soir.

Le livre numérique adopté et adapté aux jeunes et à leurs pratiques

19% des Français ont lu au moins un livre électronique au cours des douze derniers mois selon les résultats de l’enquête IPSOS-CNL sur les Français et la lecture : la population représentée est dans sa grande majorité jeune (30% des 15-24 ans), masculine (24%), déjà composée de grands lecteurs (plus de 20 livres/an pour 28% d’entre eux), connectée (24% se connecte au minimum une fois par jour  minimum sur internet), aisée (CSP+ 25%) et évidemment technophile (ils sont 62% à lire sur liseuse, 26% sur tablette, et 26% sur smartphone).

Seul 1% des lecteurs ne lit plus que des livres numériques. La lecture numérique reste un complément de la lecture sur papier. Le numérique n’est pas non plus synonyme de démocratisation des pratiques : au contraire, il segmente d’autant plus une population déjà aisée et habituée à lire beaucoup.

Cependant, pour une population jeune, la lecture sur des supports numériques permet à la fois de satisfaire leurs goût pour le nomadisme et les communautés virtuelles : ils sont ainsi les plus nombreux à aimer lire dans les transports en communs et déclarent être incités à la lecture par les discussions sur les réseaux sociaux.  

Ainsi, l’adoption de la lecture numérique s’accompagne progressivement d’un changement des pratiques qui poussent les différents acteurs du secteur de l’édition à se remettre en question et de nouveaux intervenants à tirer leur épingle du jeu !

Articles récents

Catégories

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *